TriArtis est une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales, privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves. En savoir +

logo des éditions TriArtis

menufacebookloupe

Recherche sur le site

photo de : Sally Micaleff

Sally Micaleff

 Biographie  Les événements  La presse  Les photos

Biographie

Comédienne, scénariste, adaptatrice, et metteur en scène.

Avec La Vie privée d’Adam et Ève, présentée au Studio-Theatre de la Comédie Française, elle est sélectionnée pour Les Iles Flottantes, au Théâtre du Chaudron de la Cartoucherie de Vincennes, festival qui révèle le travail de dix metteurs en scène femmes sélectionnées. Elle collabore avec la comique Claire Gérard et met en scène son one-woman show Blonde mais pas trop qui remporte de nombreux prix de festivals d’humour.

Au théâtre et dans différents festivals, elle met en scène, entre autres, Marie-José Nat dans Sand et Manceau, le dernier amour, Berenice Béjo dans Un été à Lesmona, Fanny Cottencon dans Fragments d’Elle(s), Cécile Cassel dans Marie Barskhirtseff, l’étoile filante, Clémentine Célarié dans Ce voyage nous l’appelions amour, Romane Bohringer dans In Alta Solitudine, Claire Borotra dans Marylin Intime, et dernièrement Valérie Karsenty, Anne Charrier et Pascale Arbillot dans Chambre Froide.

Pour la saison prochaine elle a en projet une création de Fabrice Melquiot Les Tournesols (distribution en cours), Savoir de Fabienne Périneau avec Nathalie Cerda produit par François Volard, et Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon avec Pauline Leprince, produit par Fleur Houdiniere.
Elle a adapté Cannibal de R. Crowe et R. Zajdlic qu’elle a créé au festival Théâtre au Public puis repris en tournée, Les désirs sauvages de mon mari m’ont presque rendue folle de John Tobias, créé par E. Civanyan au Théâtre de la Michodière, Manucure à la Tronçonneuse de T. Kett, créé par P. Peyran Lacroix à la Comédie de Paris, Retour au bercail de D. Foley, créé par D. Goldby, au Poche de Bruxelles et Chambre Froide de M. Lowe, qu’elle a créé en septembre 2014 au Théâtre La Pépinière.

En tant que scénariste et script-doctor, elle a été formée à la FEMIS, et a suivi le workshop de John Truby.
Elle est lauréate du Prix Charles Spaak (prix européen) pour son scenario FidesSola. Avec son scenario La Vie en moi elle a été sélectionnée pour l’Atelier Franco-Britannique présidé par Stephen Frears dans le cadre du Festival du Film Franco-Britannique de Dinard. Elle a collaboré avec des producteurs comme T. Langman (La Petite Reine), L. Zeitoun (Script Associés), T. Ardisson (Ardimages), T. Wong & P. Forette(Cinénominé), Pauline Duhault (Elia Films).
Actuellement elle collabore à l’écriture de trois long-métrages : Blind avec J.L. Perreard (réalisateur) produit par G.Lassalle (Vamonos Productions) et J. Gayet (Rouge International), Djihad avec Ismael Saidi (Realisateur) produit par G. Lemal (Scope Pictures), et un long-métrage de commande produit par S.Célerier (Mars Films) et P. Duhault (Elia Films).

Elle est co-fondatrice du Cours PeyranLacroix.

Bibliographie

photo de l'événement

essayage du costume chez le créateur Franck Sorbier

affiche de l'événement

Spectacle

Marie-Antoinette, correspondances intimes

Du mercredi 15 mars 2017 au dimanche 07 mai 2017

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris

Si vous vous recommandez des éditions TriArtis, vous pouvez avoir des places à 14€ du 11 au 20 janvier et des places à 16€ sur le reste de l'exploitation.
Les réservations se font impérativement par téléphone au 01 42 22 66 87 ou par email : du lundi au vendredi.

En savoir +

Marie-Antoinette, Correspondances privées d’Evelyne Lever

Le 13 avril 2017 par Gilles Costaz

Article sur webtheatre.fr

Il y a deux Marie-Antoinette dans l’Histoire, il y en a deux derrière le voluptueux sourire de Fabienne Périneau, délicieuse comédienne trop rare sur les planches et qui nous offre cette autobiographie parlée de « l’Autrichienne ».[...]

Voir l'article en ligne

Tempête de sang

Le 7 avril 2017 par Christophe Barbier

Article sur L'Echarpe Rouge

Il y a deux Marie-Antoinette dans l’Histoire, il y en a deux derrière le voluptueux sourire de Fabienne Périneau, délicieuse comédienne trop rare sur les planches et qui nous offre cette autobiographie parlée de « l’Autrichienne ».[...]

Voir l'article en ligne

Commentaires dans Théatres / Spectacles

Le 2 avril 2017 par Elvire Debord

Interpréter Marie-Antoinette pendant plus d’une heure et quart seule en scène est une véritable gageure, d’autant que le sujet pourrait ne rallier qu’un public averti. Il faut reconnaître cependant que le pari est brillamment réussi.
Tiré de la correspondance privée de Marie-Antoinette réunie dans l’ouvrage d’Evelyne Lever (édité chez Tallandier en 2005) et mis en scène par Sally Micaleff, le spectacle devient une véritable performance théâtrale grâce au talent de Fabienne Périneau.
Uniquement composé de lettres écrites par Marie-Antoinette elle-même, le récit, porté par un décor épuré qui s’efface au profit de la sublime et solaire Fabienne Périneau, nous fait entrer dans l’intimité de Marie-Antoinette à travers un texte chronologique balayant sa vie depuis son mariage (1770 – elle avait 15 ans) jusqu’à sa mort, le 16 octobre 1793.

Je tire mon chapeau à la comédienne que j’ai trouvée remarquable de justesse dans son interprétation et de réussir à nous faire vibrer aux affres, espoirs, attentes d’une Reine mariée si jeune, et qui, dénuée de toute expérience et pouvant paraitre frivole ou superficielle dans les premières années de son mariage, deviendra une Reine digne, aimant son époux, fidèle à ses côtés aux heures les plus sombres, et tentant désespérément de sauver la Monarchie.
Sa dernière lettre, écrite depuis son cachot à 4h30 et adressée à Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI, quelques heures avant d’être guillotinée, est absolument bouleversante « C’est à vous, ma sœur, que j’écris pour la dernière fois : je viens d’être condamnée non pas à une mort honteuse, elle ne l’est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère, comme lui, innocente, j’espère montrer la même fermeté que lui dans ces derniers moments.(…) Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine, dans celle de mes pères, dans celle où j’ai été élevée, et que j’ai toujours professée ; (…)Adieu, ma bonne et tendre sœur ; puisse cette lettre vous arriver! Pensez toujours à moi ; je vous embrasse de tout mon cœur, ainsi que ces pauvres et chers enfants : mon Dieu ! qu’il est déchirant de les quitter pour toujours. »
Ce spectacle est d’autant plus formidable qu’il ne s’agit pas d’une lecture mais bien d’une interprétation.
A voir et ne pas manquer. C’est en ce moment au Lucernaire, dans le 6ème arrondissement.

"Une Marie-Antoinette troublante face aux affres de l’histoire de France sur la scène du lucernaire.
Marie-Antoinette est un one-woman show qui fait se pousser les spectateurs au fond de leurs sièges. La tension monte crescendo avec une interprétation habitée qui justifie des applaudissements finaux nourris !"

Publik'Art

Marie-Antoinette, correspondances privées

Le 20 mars 2017

Article sur Le blog de Phaco

A la fois tragédie intime et politique, Marie-Antoinette, correspondances privées évoque un des personnages féminins les plus controversés de l’Histoire. Interprété au Théâtre Rouge par Fabienne Périneau et mis en scène par Sally Micaleff d’après un texte de l’historienne Evelyne Lever, le spectacle convainc par son portrait psychologique tout en nuances.[...]

Voir l'article en ligne

Publik'Art

"Une Marie-Antoinette troublante face aux affres de l’histoire de France sur la scène du lucernaire.
Marie-Antoinette est un one-woman show qui fait se pousser les spectateurs au fond de leurs sièges. La tension monte crescendo avec une interprétation habitée qui justifie des applaudissements finaux nourris !"