TriArtis est une maison d’édition littéraire, ouverte à toutes les idées intempestives et créations originales, privilégiant la correspondance, le théâtre et les formes brèves. En savoir +

logo des éditions TriArtis

menufacebookloupe

Recherche sur le site

couverture du livre : Médée l'effroi

Médée l'effroi

Chantal Desrues

Collection Sur la Scène

ISBN : 978-2-916724-13-3

livre papier10€

Une réécriture du mythe de la magicienne, figure de la Terre.

 Le livre  L'auteur  Du même auteur  La presse

Le livre

Ils désirent beaucoup, les habitants de Corinthe. Ils désirent la Toison d’or de Médée... parce que tous les hommes convoitent les richesses de la Terre.
Et Médée protège son bien. De toutes ses forces. Elle lutte contre Créon, roi de Corinthe, qui veut la dépouiller au profit de son peuple pour être réélu.

… Créon tu m’as volée
tu m’as volé la Toison
vous avez cru être les plus forts mais je suis Médée
Médée la magicienne…

Elle lutte aussi contre Jason, l’homme qu’elle aime à la folie. Parce qu’il la supplie, lui aussi. Et parce que, de lassitude, il la trahit.
Alors, Médée agira. De la plus atroce façon.

… mais comme tu es belle ma vengeance
je suis à bout de forces occupe-toi de tout.

Chantal Desrues

Chantal Desrues

Chantal Desrues est comédienne et écrit des tragédies. Ancienne élève du Cours d’art dramatique du théâtre Montansier et du conservatoire de Versailles, en 2006, elle crée la compagnie Apartefact au sein de laquelle elle a produit de nombreuses pièces (L’antichambre, de Jean-Claude Brisville, L’île des esclaves, de Marivaux, L’amant, de Harold Pinter, Oh les beaux jours, de Samuel Beckett, Antigone, de Jean Anouilh, Les caprices de Marianne, de Musset, et créé Médée l’effroi.

Son écriture poétique la conduit à repenser le thème de la passion dévorante en proposant aussi bien une version moderne d’un mythe antique pour Médée l’effroi, que la possible descente aux enfers de tout créateur. C’est avec une nouvelle compagnie, le Théâtre de La Houle, qu’elle vient de participer au festival OFF d’Avignon 2015 avec Chanter puis se taire. Et prépare la création de La Genèse en collaboration avec deux compositeurs.

Du même auteur

article

article

Théâtre : la Cie Aparté interprète Médée l'effroi

Le Dauphiné Libéré - 25 mars 2010

Lucinges Théâtre :
Souvent, la naissance d'un projet jaillit inopinément des profondeurs de l'inconscient Loin d'être le fruit d'une réflexion, il s'impose pourtant tel un besoin vital d'affirmer son existence.

Un soir, Chantal Desrues, de la compagnie Aparté, pense au mythe grec de Medée. Se dessinent alors des images évidentes, liées au féminin et à la Terre ; Médée, la femme qui prend de l'âge, l'épouse, la mère, la magicienne, Médée que l'on blesse et qui pense à la vengeance. Pour répondre à cet echo intérieur, Chantal Desrues décide de consacrer du temps à l'écriture d'une nouvelle version théâtrale et contemporaine de Médée. Un an de travail pour aboutir à Médée l'effroi, pièce parue depuis peu aux éditions Tnartis. Une réussite. Mais pour qu'un texte vive, il faut qu'il soit lu et/ou entendu. La compagnie Aparté décide de le mettre en scène ,sous la direction de Philippe Bomnard, également comédien. Cette version originale, intense, toujours tragique, s'associe aux trouvailles de la mise en scène, portées par le symbolisme de la musique (jouée en direct) et de la vidéo. Dans cette pièce, deux univers se juxtaposent, à la fois opposés et indissociables. Celui de l'intime représente par Médée, son époux adoré Jason et la nourrice (Michèle Ferlan), face à celui de Créon le roi (Richard Ferrandez), du peuple et des enjeux politiques. Intérieur et extérieur. Pouvoir, avidité et passions mêlées viennent ébranler un équilibre fragile. Les conséquences seront terribles. Avec ce superbe projet, la Cie Aparté confirme plus que jamais que l'acte théâtral est tout saut anodin. Médée l'effroi interpelle pleinement et le couple Desrues, Bomnard fonctionne à merveille. A voir absolument.

Salle communale de Lucinges, samedi 27 mars a 20h30. Puis à Ambiilly, La Martinière, samedi 8 mai à 20h30 et dimanche 9 mai à 18 heures

MOGENIER BEATRICE